Rentrée scolaire : les hypers n’ont plus la cote